Lun-Ven 9H00 – 19H00

01 34 17 68 23

29, chemin des Laitières 95230 Soisy sous Montmorency

Haut

Massage : connaissez-vous bien les dangers ?

Anjayati / Massages  / Massage : connaissez-vous bien les dangers ?
blog-anjayati-massage-bien-etre

Massage : connaissez-vous bien les dangers ?

Rares sont ceux qui pourront réfuter que le massage est associé à des notions de bien-être, de relaxation et de bonne santé. Des études canadiennes prouvent même que le massage aurait de réelles vertus thérapeutiques en jouant efficacement sur la régénération des cellules par exemple.

Seulement attention, il s’agit ici des massages médicaux. Il conviendra de les distinguer des massages bien-être et des massages sensuels de couple. En ce qui concerne les massages médicaux, les gestes et manipulation étant bien plus profonds, l’avis préalable d’un médecin est souvent requis afin de ne pas faire courir de risque à certains patients.

Tout le monde ne peut pas recevoir un massage ?

Avant de commencer un massage, le praticien devrait toujours dresser un bilan de l’état de santé du bénéficiaire du massage. Une étape primordiale qui doit déterminer si le masseur kinésithérapeute pratiquera le massage ou non. Ainsi, on dit souvent qu’un corps fiévreux mène un combat solitaire. À ce titre, il conviendra de ne pas venir manipuler les muscles du patient pour ne pas impacter le travail du corps lui même.

D’autres pathologies et/ou états de santé sont déterminants pour décider si un massage peut ou non être pratiqué.

La première barrière : l’hémophilie

Les personnes hémophiles souffrent d’une affection relativement rare. Elles possèdent moins de plaquettes ce qui ralentit la coagulation de leurs plaies entre autres. Or un massage profond, tout en étant bien pratiqué, pourra entraîner des lésions infra-cutanées, c’est à dire des mini-déchirures musculaires intérieures (cf massage lymphatique). Les conséquences chez une personne hémophile seront souvent l’apparition de larges hématomes. Les femmes pourront avoir des règles plus abondantes également.

Les massages de personnes hémophiles sont dès lors soumis à l’autorisation préalable du médecin traitant. Ce dernier connaissant bien le trouble de son patient pourra déterminer si le massage pratiqué aurait des conséquences sur le corps de son patient ou non. Quand bien même le généraliste accepterait de prescrire un massage à son patient, rien n’obligera le kinésithérapeute à le pratiquer si ce dernier estime que les conséquences peuvent être importantes/graves.

Troubles circulatoires : le patient souffrant de phlébite

Alors que le massage est sensé aider à la circulation sanguine, il convient de ne pas recevoir de massage lorsqu’on est atteint de phlébite. En effet les petits caillots sanguins qui dégradent la circulation sanguine au niveau de jambes par exemple pourraient être déplacés au cours du massage. Or si ces derniers viennent se loger au niveau du cerveau, c’est l’AVC !

Ajuster la puissance des gestes au bénéficiaire

Les professionnels diplômés sont sensibles à ce genre de problématiques mais un massage ne devrait jamais être pratiqué pareil en fonction du profil du massé :

Un enfant : ne pourra pas supporter les mêmes pressions qu’un adulte. Il faudra alors que le praticien soit beaucoup plus délicat afin de ne pas blesser le bénéficiaire ayant un corps plus fragile. Au même titre que les personnes âgées souffrant d’ostéoporose, les os sont plus fragiles, les hématomes apparaissent plus facilement sous les pressions du praticien, etc.
Les femmes enceintes : le massage devra être réellement délicat au niveau du ventre (organes viscéraux), le fœtus se trouvant à proximité. De même, un massage sur le ventre ne pourra pas être pratiqué. Des techniques et un diplôme particulier existent pour ce genre de clientes. Des principes doivent être respectés.

NB : Les adeptes de la réflexologie annoncent ainsi, à tort ou à raison, que l’utérus est connecté à la cheville. C’est pourquoi on ne massera pas cette partie du corps chez la femme enceinte.

En somme, ce qu’il faut retenir c’est que l’avis médical est nécessaire pour ne garder que le meilleur du massage. Par ailleurs, il faudra s’assurer de la qualité du praticien que vous allez rencontrer. Les diplômes et la bouche-à-oreille sont souvent de bons indicateurs. Dans le cas de massages bien-être et ou massages de couple, c’est plus la relaxation qui est recherchée, puisque le massage reste superficiel. Aucune manipulation de type ostéopathique ne devra évidemment être pratiquée.

En revanche, une fois avoir bien vérifié que votre partenaire n’y est pas allergique, choisir une huile de massage pourra être un plus pour détendre le massé.

Facebook
Emmanuelle MENDIL
Emmanuelle MENDIL